Accueil

Le lavoir Par Josette Galinat

 

Lavoir

Le culte des fontaines est très ancien. Les Druides les vénéraient particulièrement. Le christianisme les a placées sous la protection tutélaire des Saints ou des anges. La nôtre, signalée comme fontaine de dévotion  (Fontaines sacrées en Périgord Bernadette Darchen) est placée sous la protection de Saint-Cirq , le patron de la Commune. Lorsque la fontaine est près de l’église, cette dernière est généralement construite au-dessus, l’eau coulant en contre bas. C’est le cas ici.

La fontaine est référencée dans les archives du Château de Montferrier en 1753, ainsi que le presbytère et le cimetière autour de l’église.

Dès le premier registre du  Conseil Municipal, il est question d’une fontaine dont on estime les réparations à 80f.

La chronique de l’abbé Brugière, de 1890 (archives de l’Evêché) signale « il y a au bas du bourg une fontaine de dévotion ».

C’est en 1884 que le conseil Municipal décide de construire un lavoir, mais il ne le fera qu’en 1885.

En 1906, l’éditeur de cartes postales Mr Domège effectuera le déplacement de Périgueux pour immortaliser les lavandières de Saint Geyrac.

En 1912 les abords de la fontaine, le lavoir et le mur sont en mauvais état, le Conseil Municipal décide d’y faire des travaux.

Mais en 1926, la fontaine s’assèche et on fait appel à un hydrologue des Eyzies pour régler le problème.

En 2010, dans le cadre d’une action d’insertion sociale, le Maire confie la rénovation du lavoir et de ses accès à l’association Mosaïque. Le trop plein du lavoir donne naissance au ruisseau dit « le Saint Geyrac ».

©Copyright Bienvenue à Saint-Geyrac –CIS
Tous droits réservés-reproduction interdite